Autoportraits féminins : une recherche de légitimité ? [ /Florilèges]

Pour commencer tout discours sur l’autoportrait il semble important de citer Narcisse, mythe source de l’autoportrait. Cet éphèbe aurait été sujet de désir pour toute personne qui le voyait, mais lui restait indifférent. Il est seulement subjugué par son propre reflet. Passionné par cette illusion qu’il croit réalité, il dialogue avec cette image visible sur la surface de l’eau. Le personnage s’éprend de l’image et tente un baiser : lorsque ses lèvres touchent l’eau, le reflet disparaît. Il finit par se consumer d’amour. Même par delà la mort, il continue sa passion et contemple l’image dans l’eau du Styx et disparaît là, probablement plongé rejoindre l’illusion. À sa place reste une fleur : la narcisse. Au cœur de ce mythe : la vision et le « soi ».

[Lire la suite sur Florilèges]

/Publié le 11 janvier 2018/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s