De la peinture d’histoire à la photographie sociale [/Florilèges]

Issu d’une conférence donnée au Musée des Beaux-Arts de Pau, cet article se penche sur l’œuvre « La Grève au Creusot » de Jules Adler signée en 1899. De grand format, 231 x 302 cm, cette peinture relate la journée de grève du 24 septembre 1899 qui a réuni plus de 7 000 personnes. Cette journée de mobilisation s’intègre dans un mouvement plus global de multiplication des grèves. En effet on compte 80 grèves et 28 000 grévistes par an en moyenne dans les années 1870-1879 et 400 grèves et 78 000 grévistes dans la décennie suivante. La grève devient alors le point culminant de la lutte des classes et de la colère des travailleur·euses. Nous pouvons rappeler que les organisations syndicales viennent à peine de sortir de la clandestinité, depuis le vote de la loi Waldeck-Rousseau en 1884.

[Lire la suite sur Florilèges]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s